Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Agenda

      Commémoration fin de la 2ème Guerre Mondiale 
  08/05/2013
10h
Monument aux morts

 

13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 17:39

Rythmes scolaires...et à Vaires?

 

Le grand projet de refondation de l'école proposé par le ministre Vincent Peillon est un sujet qui intéresse en premier lieu les élèves et leur famille, tous les professionnels de l'éducation, mais également les collectivités territoriales à qui il va être demandé d'organiser un véritable partenariat avec l'éducation nationale dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires.

 

Bien entendu, la réforme proposée par le ministre de l'éducation nationale,dépasse largement la simple adaptation à de nouveaux horaires scolaires.

 

Cependant, notre ville va devoir engager une réflexion avec tous les acteurs concernés par cette réforme des rythmes afin d'harmoniser le changement attendu pour la rentrée 2013 ou celle de 2014.

 

Le décret validant la semaine de 9 demi-journées par semaine pour les élèves du primaire induit des journées de classe allégées pour les élèves.

 

De nombreuses questions se posent aujourd'hui:

-Quel type d'activités la Municipalité souhaitera-t-elle proposer pour les activités péri-éducatives qui viendront en complément du temps de classe?

-Les associations seront-elles sollicitées pour ce temps péri-scolaire?

-Comment sera organisée la pause méridienne (qui ne devra pas être inférieure à 1h30) et avec quel taux d' encadrement?

-Quels locaux pourront être mis à disposition afin d'assurer des activités de qualité?

 

Nous le savons, la mise en place de cette réforme, indispensable pour assurer une meilleure qualité d'enseignement à nos enfants, nécessite une réelle concertation entre la ville, l'éducation nationale, les associations, mais aussi et surtout les familles qui auront à s'adapter à une nouvelle organisation de la journée des enfants.

Souhaitons que loin de toute polémique partisane, la municipalité permette à chaque famille d'être informée progressivement des décisions prises, en concertation avec les équipes pédagogiques des quatre groupes scolaires de la ville.

 

J. Brzuchacz, J. Toffolon, Elisabeth Fanjat; Anne-Laure Rivallain-Marquis

Conseillers Socialistes de L’Avenir Ensemble.

 

Partager cet article
Repost0
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 17:13

 

En 2011 les négociations entreprises par la Région Ile-de-France ont permis de limiter les dérives qu’impliquait le projet de Nicolas Sarkozy et Christian Blanc.

Aujourd’hui, la Région et le Gouvernement cèlent un accord historique qui clôt le chapitre d’un projet initialement hors sol, mal évalué, heureusement rattrapé par les élus franciliens.

 

L’Etat et la Région font le pari ambitieux de la relance par les investissements publics. Un effort important sera consacré aux transports du quotidien, qui suppose des moyens accrus qui permettront l’amélioration des conditions de vie des habitants de notre région.

Sur le sens de l’accord :

 

1/ Il répond à trente ans de sous-investissement chronique de l’Etat en Ile-de-France : le projet du Grand Paris Express se fera dans son intégralité d’ici à 2030. Il est réévalué à 24,575 Mrds€. Le Grand Paris demeure un projet de transports et un projet d’aménagement structurant pour notre région. C’était une ambition nécessaire.

 

2/ Il répond aux urgences : conformément aux engagements du Premier Ministre, 7 Mrds€ d’investissements sont obtenus pour la période 2013-2017, ces nouveaux investissements nous permettront de :

- Rénover le matériel roulant, permettre la désaturation des lignes de métro et l’amélioration des RER 

- Réparer les inégalités flagrantes de service qui pèsent sur le réseau francilien, notamment dans les liaisons de banlieue à banlieue.

 

3/ Il répond aux impératifs d’une gouvernance cohérente : pour que le Grand Paris soit cohérent avec le réseau existant, le STIF devient autorité organisatrice, il déterminera les priorités sur l’ensemble du réseau. La SGP sera donc maître d’ouvrage au même titre, par exemple, que RFF.

 

4/ Il dynamise l’économie francilienne : cet accord est un atout exceptionnel pour la compétitivité en Ile- de-France :

- La région Ile-de-France renforcera son rang de première région d’Europe continentale à accueillir des investissements étrangers.

- Dans un contexte économique, social et financier extrêmement difficile, plus de 250.000 emplois seront créés grâce à ces investissements.

- Les nouvelles gares vont modifier la structuration des communes, redynamiser l’urbanisme de celles-ci et favoriser le développement économique de nos territoires.

 

5/ chiffres clés :

1) 24,5 Mrds€ pour le Grand Paris Express et jusqu’à 15,5 Mrds€ pour les transports du quotidien d’ici 2030, dont 7 Mds€ pour les 5 prochaines années 

 

2) Un effort financier multiplié par trois pour les transports du quotidien : 7 Mrds€ programmés pour 2013-2017, en plus des 2 Mrds€ engagés sur 2007-2012 

 

3) En moins de 5 ans, 42 chantiers : création de nouvelles lignes de transports, modernisation des RER, création ou rénovation de gares 

 

4) En moins de 5 ans, 28 opérations de transport mises en service 

 

5) En moins de 5 ans, 2 Mrds€ pour les RER 

 

6) D’ici 2030, 250 000 emplois, dont 50 000 emplois pour les transports du quotidien d’ici 2017 

 

7) D’ici 2020, la croissance régionale pourrait gagner 1 point par an, puis 2 points par an d’ici

2030 

 

8) En 2030, le Grand Paris Express achevé représentera 205 km de lignes et 72 gares nouvelles 

 

9) En 2030, 9 Franciliens sur 10 seront à moins de deux kilomètres d'une gare 

 

10) En 2030, les voyageurs gagneront entre 30 minutes et une heure sur leurs trajets quotidiens.

 

carte réseau cible en 2030 carte réseau cible en 2030

Partager cet article
Repost0
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 23:36

Monsieur Le Maire,


Vous nous demandez ce soir de nous prononcer sur le report d’une année de la réforme des rythmes scolaires sur notre commune.

 

Cette possibilité étant en effet offerte aux municipalités, nous prenons donc acte de votre choix de ne pas engager dès la rentrée scolaire prochaine cette réforme.

 

Nous souhaitons indiquer que cette décision implique pour notre commune de renoncer au soutien financier proposé par l’Etat pour aider à la mise en place de cette réforme.

 

Soucieux de ne pas précipiter les choses et ayant conscience que ces changements de rythmes vont impacter fortement l’organisation du temps scolaire et périscolaire, nous soutenons le report d’une année souhaitée par votre majorité.

 

Nous soulignons cependant que notre décision repose sur la volonté de permettre la mise en place d’une véritable concertation avec tous les acteurs concernés et de faire émerger un plan éducatif territorial (PEDT) enrichi de ces  échanges entre partenaires.

 

Ce n’est donc pas sur le contenu de cette réforme mais bien sur le calendrier de sa mise en place que nous nous prononçons ce soir.

 

Nous souhaiterions par ailleurs obtenir des précisions sur deux points :
-Vous indiquez à juste titre le passage de 8 demi-journées d’école à 9 demi-journées.
Vous ne mentionnez pas la possibilité de dérogation pour placer cette demi-journée supplémentaire le samedi en lieu et place du mercredi.
Est-ce un simple oubli ou avez-vous déjà pris une décision sur le jour proposé pour cette matinée supplémentaire de classe?
-Avez-vous dès à présent établi un calendrier concernant cette concertation indispensable avec les différents partenaires  concernés par cette réforme (éducation nationale, associations, institutions culturelles et sportives, parents d’élèves…) ?

 

Je vous remercie, Monsieur le Maire, pour ces éclaircissements.

Partager cet article
Repost0
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 23:18

 

Quels bons vœux !

 

Le mois de janvier est traditionnellement la période des vœux.

Que peut on tirer comme enseignements des différentes cérémonies qui ont eu lieu à Vaires ?

 

Cette année, le 11 janvier, la Municipalité a ouvert la cérémonie des vœux, autrefois réservée aux seules personnalités, à toute la population vairoise. Initiative intéressante et dont, une fois n'est pas coutume, nous nous réjouissons. Par contre, un interminable discours et un film à la gloire de la Municipalité digne d'un autre temps, ont aidé Monsieur le Maire à revenir sur le bilan de son mandat. N'hésitant pas d'ailleurs à récupérer largement certaines actions réalisées par d'autres collectivités (Base UCPA pour la Région Ile de France, réaménagement des bords de Marne pour la Communauté d'agglomération Marne et Chantereine...etc) ou d'initiative privée (deux crèches) lui permettant ainsi d’étoffer grandement son bilan. Mais cela passe encore...

 

Car, que dire de son discours lors du repas offert aux personnes âgées le surlendemain. Monsieur le Maire, qui aurait dû présenter ses vœux au nom du Conseil municipal et parler des préoccupations premières des personnes présentes, n'a pas hésité à exprimer son hésitation à venir et son envie de participer à la manifestation contre le mariage pour tous et l'adoption par les couples homosexuels. Quel lien avec les personnes âgées ? Nous le cherchons encore...Et nous ne sommes pas les seuls au vue de la réaction de l'auditoire un peu dubitatif qui était venu passer un agréable moment de convivialité ! Manque de respect pour les personnes présentes ou tentative politique dans un lieu qui ne s'y prêtait pas ? L'avenir nous le dira. Et enfin, s'agit-il d'une position personnelle ou bien de la position officielle de la majorité municipale ?

 

Enfin, cerise sur le gâteau avec son discours lors des vœux aux personnels de la Mairie, où Monsieur le Maire n'hésite pas à qualifier les syndicats municipaux d'agitateurs... Une fois de plus, il ne se demande pas pourquoi des personnes s'opposent à lui et à sa façon de faire...

 

Nous, nous avons notre petite idée sur le sujet...

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 21:47

Comme tous les ans, notre section s'est réunie le samedi 26 janvier pour souhaiter une très bonne année aux présidents d'associations, directeurs d'école et sympathisants.

Ce sont près de 100 personnes qui ont répondu présentes à notre invitation.

Le député de notre circonscription Emeric Bréhier nous a fait l'amitié d'être parmi nous.

Vous trouverez ci-dessous quelques photos de ce moment d'échange, toujours important, avec les Vairois ainsi que le discours de Yannick MARQUIS le secrétaire de section.

  Discours voeux 2013 Discours voeux 2013

P1260032P1260043P1260038photo(11)

P1150456

photo(8)photo(7)

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 14:02

Jeudi 24 janvier dernier, le Ministre de l'intérieur Manuel Valls était l'invité du désormais traditionnel banquet Républicain organisé par la section de Chelles succédant ainsi à Arnaud Montebourg il y a 2 ans et Pierre Moscovici l'année denière.

 

Ce sont une fois de plus près de 400 personnes qui sont venus malgré le froid et parmi ex, on pouvait noter la présence bien sûr de Jean-Paul Planchou le maire de Chelles et d'Emeric Bréhier le député de notre circonscription, mais également de Nicole Bricq, Ministre du commerce extérieur, de Vincent Eblé Sénateur et Président du Conseil général et d'Eduardo Rihan-Cypel entre autre.

 

Une fois de plus, les Vairois avaient répondu nombreux à l'appel.

Voici quelques photos de cette soirée :

 

P1000469

 

photo 1

P1000472

photo 1 (2)

photo 5 (2)

photo 4photo 2photo 5

photo 2 (2)

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 14:43

phototeleassistance

 

La majorité départementale en Seine-et-Marne a créé un nouveau service en direction des personnes âgées de plus de 60 ans en perte d’autonomie et des personnes handicapées : un service de téléassistance. Il a été lancé le 15 janvier dernier.

 

Sous le nom de Téléassistance77, il a été confié par le Département à Europe assistance dans le cadre d’une délégation de service public. Il est opérationnel 24h sur 24.

 

Pour un coût relativement modique, l’usager dispose d’un petit émetteur autonome de 80 mètres par rapport au boîtier de transmission. Une simple pression suffit pour être mis en relation avec l’opérateur du service de téléassistance. En fonction de la situation, l’opérateur préviendra l’entourage ou les intervenants adaptés. Il déclenchera les services d’urgence si l’usager ne répond pas.

 

Au-delà du service de base (au prix de 12 euros par mois), ce nouveau service départemental propose d’autres services : détecteurs de chute, de fumée, de gaz et un système de vidéosurveillance par exemple.

 

De quoi permettre aux personnes concernées de continuer à vivre chez elles en toute sérénité et à leurs proches d’être rassurés !

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 17:53

Emeric.jpg

Après 6 mois de mandat, Emeric Bréhier a souhaité faire un premier point d'étape auprès de ses électeurs.

Vous trouverez donc ci-joint sa lettre. 

lettre du depute(1) lettre du depute(1)

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 22:54

Bonne année 2013

 

En ce début d'année 2013, les élus socialistes de la liste l'Avenir Ensemble souhaitent à tous les Vairois une très bonne année.

 

Il est de coutume en ce début d'année de revenir un peu sur les différents événements qui ont marqué l'année qui s'achève.

Nous retiendrons tout d'abord les difficultés économiques de notre pays qui auront touché les Vairois comme tous les autres et en premier lieu les plus jeunes, les familles en difficultés, les familles monoparentales (des femmes le plus souvent), et qu'il faut aider et non pas stigmatiser comme l'aura trop souvent fait ces derniers temps la municipalité, en montrant du doigt, comme trop souvent dans notre commune, la jeunesse dans différents discours et autres articles.

 

Nous ne pouvons que nous féliciter des différentes animations, nouvelles ou habituelles, organisées tout au long de l'année : le carnaval organisé par la Caisse des Ecoles, les animations organisées par les commerçants dans la ville à plusieurs reprises montrant leur investissement et leur attachement à la ville (en regrettant toute fois que les commerçants du marché n'y soient pas suffisamment associés), l'ensemble des manifestations organisées par toutes les associations que nous connaissons bien (Téléthon, bourse aux livres, bourses aux jouets, expositions, représentations théâtrales ou musicales...etc) et qui depuis de nombreuses années animent notre ville et font notre attachement à celle-ci.

 

Espérons que 2013 sera une année où les décisions prises le seront, non plus au profit de quelques uns, mais au bénéfice du plus grand nombre et toujours dans un souci de justice. Espérons qu'une plus grande solidarité sera de mise et qu'elle bénéficiera à tous les Vairois.

En 2013, comme toujours, nous serons à vos côtés dans notre rôle d'élus de proximité, à votre écoute et à votre disposition.

 

J. Brzuchacz, J. Toffolon, Elisabeth Fanjat , Anne-Laure Rivallain

Conseillers Socialistes de L’Avenir Ensemble.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 22:33

Le Grand Paris Express (GPE) est l'un des projets de transports les plus ambitieux que l'Ile-de-France ait connu. Avec 72 gares et 205 km de lignes, il doit changer le quotidien de ceux qui se déplacent de banlieue à banlieue – c'est-à-dire la majorité des Franciliens. Mais pour qu'il soit pleinement opérationnel, il faudra investir près de 30 milliards d'euros.

Avec la crise, quand l'argent public se fait rare, certains se disent bien sûr qu'une dépense d'une telle ampleur est peut-être superflue et qu'elle pourrait être remise à plus tard. Ils ont tort. Le Grand Paris Express, ce n'est ni un luxe, ni une utopie, c'est un investissement prioritaire : ceux qui empruntent chaque jour les transports en commun de la région capitale le savent bien. Aujourd'hui, le réseau francilien accueille 8 millions de voyages par jour, c'est-à-dire 65 % des déplacements en France. En dix ans, sa fréquentation a augmenté de 21 %.

Victime de son succès, il fonctionne à flux tendu. Un problème dans une station de RER, et c'est toute la ligne qui en souffre. Un retard de train, et c'est plus de stress pour aller au travail, plus de fatigue pour rentrer chez soi, des difficultés supplémentaires pour sortir ou faire ses courses. Cette réalité-là, je la connais et je la vois tous les jours.

Elle est le résultat de trente ans de sous-investissement chronique dans les transports en Ile-de-France. On a longtemps préféré faire des TGV plutôt que des trains de banlieue. Elle est le résultat d'une politique d'urbanisme de 40 ans, qui a renvoyé les logements à l'Est, et créé les emplois à l'Ouest. Cet état de fait, tous les élus franciliens en ont hérité, et ils l'ont longtemps regardé avec impuissance. Les moyens d'agir ont tardé. Mais dès que les collectivités ont obtenu de l'Etat la gestion pleine et entière du Syndicat des transports d'Ile-de-France (STIF), nous avons travaillé à des solutions.

En lançant d'abord, en 2008, un plan de mobilisation de 18 milliards d'euros pour améliorer l'existant. C'est un travail de longue haleine, mais il commence aujourd'hui à porter ses fruits, avec l'ouverture de nouvelles lignes de tramway, avec le prolongement de 4 lignes de métro, avec les travaux de modernisation des RER. D'autres améliorations sont à venir. En lançant ensuite ce projet du Grand Paris Express. Pendant quatre ans, nous avons travaillé, consulté les Franciliens, bataillé ferme pour aboutir à ce projet tel qu'il existe aujourd'hui.

Face au Grand Paris de Nicolas Sarkozy, déconnecté de la vie quotidienne des habitants de l'Ile-de-France, nous sommes parvenus à imposer un projet de transport au service de tous les Franciliens. Ce projet, je l'ai voulu, je l'ai porté, avec l'ensemble des élus de la région et des départements. Ce n'est pas un projet technocratique, c'est un projet démocratique.

Il a bien sûr un coût, il est bien sûr difficile à mettre en œuvre, et je comprends que le gouvernement ait voulu en évaluer toute la complexité. J'ai dit moi-même que l'Etat, en avançant le chiffre de 20 milliards d'euros en 2011, avait sous-estimé l'ampleur de cet investissement : il n'avait pas pris en compte la création de nouvelles gares, l'interopérabilité des lignes, les interconnexions avec le réseau existant.

Faut-il pour autant renoncer à le faire ? Peut-on dire aujourd'hui aux habitants de Gonesse, à ceux de Champigny ou de Noisy-le-Grand, que le Grand Paris Express qu'ils avaient signé, plébiscité, appelé de leurs vœux, ne passera plus par leur territoire ? Ce serait mépriser les élus et les citoyens qui se sont tant mobilisés. Peut-on dire aux chefs d'entreprises, qui attendent beaucoup de la liaison directe avec Roissy, d'oublier les investissements qu'ils prévoyaient d'engager en Ile-de-France, sous prétexte qu'il faut bien faire des sacrifices au moment où les fonds publics se font rares ? Ce serait nuire à l'attractivité de la région capitale et renoncer à en faire un territoire solidaire et compétitif.

Les difficultés sont là, et nous les connaissons. Il faudra sans aucun doute accepter un phasage des travaux et accélérer en contrepartie le plan de mobilisation. Mais je ne laisserai pas sacrifier la cohérence, l'envergure et l'ambition d'un Grand Paris Express qui bouleversera dans les quinze prochaines années le visage de l'Ile-de-France.

Jean-Paul Huchon, président de la région Ile-de-France

Partager cet article
Repost0