Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Agenda

      Commémoration fin de la 2ème Guerre Mondiale 
  08/05/2013
10h
Monument aux morts

 

10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 23:40

bricq_nicole04053f.jpgNous vous recommandons de lire et d'écouter le très bon reportage de Public Sénat sur la Taxe Tobin que vient de nous sortir de son chapeau Nicolas Sarkozy.

 

Cette annonce de l'exécutif étonne la sénatrice PS Nicole Bricq. La rapporteure générale de la commission des finances du Sénat a défendu dans l’hémicycle, pas plus tard que fin novembre, la création d’une telle taxe, lors de l’examen du Projet de loi de finances. D’un taux de 0,05%, la taxe est même votée à la « quasi unanimité » par le Sénat, avec des voix de l’UMP, dont celle du président de la commission des finances, Philippe Marini. Le gouvernement s’oppose alors à la taxe…

 

En changeant subitement de position, Nicolas Sarkozy cherche-t-il à piéger la gauche, à moins de 4 mois du premier tour ? 

Pou Nicole Bricq « Evidement. C’est électoral et électoraliste. Evidemment que c’est fait pour ça, (…) pour piéger la gauche. Franchement, il va nous en sortir une tous les jours comme ça ».

La sénatrice de Seine-et-Marne y voit surtout un coup politique de Nicolas Sarkozy. « Combien de fois ils nous ont fait le coup ? Mais ce n’est jamais exactement ce que nous préconisons. C’est toujours pour permettre, sur une tribune électorale, de dire du mal du candidat du PS, de François Hollande, (…) c’est purement déclaratif. Donc c’est de la tactique. Pourquoi pas, la tactique fait aussi partie de la politique. Mais quand ce n’est que ça, et jamais du fond, c’est quand même bordé de suspicion cette affaire. On se prononcera par rapport à ce que le Sénat avait voté, je le rappelle, à l’unanimité ».

 

Nicole Bricq « trouve curieux que les arguments qu’on nous avait avancés, « la France ne peut pas le faire toute seule, (…) maintenant (ces) arguments n’ont plus de valeur, aux yeux de certains qui le prétendaient il y a encore trois semaines même pas… » Elle ajoute : « Si c’est pour couper l’herbe sous le pied à la commission européenne, ce n’est pas très malin non plus ».

 

« On est en campagne électoral et le candidat-Président bouge tous les jours. Un jour c’est la TVA sociale, un autre c’est la taxe sur les transactions financières. Si on veut être sérieux, reste à s’occuper du fond de ce que peut être cette taxe. Pour l’instant l’annonce est floue », insiste Nicole Bricq, qui s’interroge sur le « taux », « l’assiette », le « rendement » et « la destination » de la taxe

 

(cliquez ici pour voir l'ensemble du reportage)

Partager cet article
Repost0

commentaires